CES GESTES QUI VOUS TRAHISSENT LORS D’UN ENTRETIEN…

Votre langage corporel traduit bien plus que vos paroles. Toutes ces attitudes que l’on adopte inconsciemment au cours d’un recrutement peuvent dévaloriser le candidat le plus compétent qui soit. Alors comment paraître le plus sincère possible tout en contrôlant ses faits et gestes ?

Partager

Votre CV est blindé. Votre motivation est sans faille. Vous pensez être paré aux questions du recruteur. Vous avez consulté le site en amont, mis votre plus belle chemise et vous vous êtes dit que ce poste était fait pour vous. « Ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ». Vous repensez à cet élan d’assurance qui vous animait tant il y a quelques minutes. Est-ce que vous avez finalement les compétences requises ? La chemise bleue n’était-elle pas mieux que la grise ?  Vous perdez en confiance et vous êtes persuadés que le recruteur ne le remarquera pas. C’est sans compter votre langage corporel qui traduit bien plus que vos paroles. Toutes ces attitudes que l’on adopte inconsciemment au cours d’un recrutement peuvent dévaloriser le candidat le plus compétent qui soit. Alors, quel rôle la communication non-verbale joue-t-elle dans un entretien ?

La communication non-verbale : du contrôle avant tout ?

« La communication non-verbale désigne tout échange ou discussion n’utilisant pas la parole et les mots. » Lorsqu’un recruteur rencontre un candidat, sa première impression se base d’abord sur le visuel (55%), puis sur le ton de la voix (38%) et enfin, sur les propos énoncés (7%). Autant dire tout de suite que le langage corporel est LE point sur lequel il faut travailler lorsque l’on se rend à un entretien. Gestuelle, attitude ou expressions du visage, sont autant d’éléments de langage qui parlent à votre place. On entend partout qu’il est important de rester soi-même pour ce genre d’exercice. Pourtant, à trop être « soi-même », des informations sur votre personnalité pourraient vous échapper à votre insu. Alors comment paraître le plus sincère possible tout en contrôlant ses faits et gestes ?

Les actions à éviter face au recruteur

Il existe pléthore de gestes qui peuvent trahir votre caractère et votre pensée. Plus un geste est répété, plus il est significatif d’un trait de personnalité ou d’un sentiment qui nécessite d’être extériorisé pour le bon, comme pour le pire. Votre langage corporel peut vous faire passer à côté d’un entretien s’il n’est pas maîtrisé. Voici un florilège d’actions qui pourraient vous trahir :

1 – La gestuelle

La poignée de main molle : c’est le premier contact avec le recruteur. Cette poignée de main va donner le ton de l’entretien. Sans même que vous vous en rendiez compte, elle est révélatrice de votre personnalité suivant si elle est appuyée ou non : personne timide, assurée, anxieuse ou prétentieuse, sont autant de cas que l’on peut discerner.  La fondatrice du cabinet de recrutement Team RH, Julie Isabelle-Binon, avancera d’ailleurs que « la poignée de main idéale est franche, sans être trop appuyée. » Geste banal mais primordial pour la suite. S’en suit les jambes ou les bras croisés qui sont signes de repli et de protection. A contrario, parler avec les mains et avoir les pieds vissés au sol font que vous paraissez à l’aise face au recruteur, que vous souhaitez échanger avec lui. Et nul besoin de vous rappeler que partager avec l’autre reste avant tout, la base d’un entretien.

2 – Les expressions faciales

Les mimiques, et plus particulièrement, les expressions faciales, sont de véritables miroirs de pensée. Le regard est aussi important que la poignée de main de début d’entretien. Il faut qu’il ne soit ni trop fuyant, ni trop insistant, de peur de créer un malaise entre votre interlocuteur et vous. Plus généralement, les tics du visage à proscrire sont multiples. Fermer les paupières avant ou après une prise de parole peut caractériser la mauvaise foi, voire le mensonge. Ce « dérapage oculaire » est révélateur d’une déconnexion entre réalité et fiction. Le regard s’avère être donc un élément de langage plus qu’important pour démontrer de la franchise plutôt que de la sournoiserie. Ensuite, froncer les sourcils peut traduire que vous êtes en total désaccord avec le recruteur. Cette impression de jugement peut être fort désagréable pour votre interlocuteur mais ne sera, en aucun cas, préjudiciable pour autant. Enfin, préférez le sourire à la tête des mauvais jours. Aucun recruteur ne veut d’une personne qui semble triste dans ses rangs. Le sourire est communicatif et inspire la sympathie, c’est prouvé. Alors montrez votre enthousiasme, ce sera forcément payant !

3 – Des tics en vrac …

  • Détourner la tête avant de répondre vous rend hypocrite : c’est comme si vous ne vous intéressiez pas à ce que raconte votre interlocuteur. A bannir de son langage corporel absolument.
  • Porter la main à son nez : c’est signe d’hésitation. Le nez représente le flair et lorsqu’on en vient à toucher ses ailes, c’est que l’on est plus sûr de rien.
  • Cacher ses mains : par nature, les mains symbolisent la communication. Dans le cas où vous les cacheriez sous le bureau ou encore, sous un dossier, cela signifierait vous refusez le dialogue ou que vous faites semblant d’y participer.

Parler en cachant sa bouche avec sa main : lorsque l’on est en plein travail, ce geste indique une bonne organisation mentale, une construction de réflexion poussée. Mais lors d’un entretien, cacher sa bouche revient à étouffer symboliquement les propos, à les rendre inaudibles. Que ce soit une auto-censure ou un sentiment de contradiction, dissimuler sa bouche en entretien est un tic à proscrire !

Ayez confiance en vous !

Si vous aviez une chose à retenir, c’est que tout élément de langage corporel n’est pas rédhibitoire à l’obtention d’un poste. Le candidat parfait n’existe pas alors ne vous posez pas la question de contrôler l’intégralité de votre corps pour avoir le job. Tous ces gestes restent des critères de sélection, des détails qui vont permettre au recruteur de trancher entre plusieurs profils. De nos jours, l’heure est aux soft skills et les recruteurs font donc de plus en plus attention à la communication non-verbale pour savoir qui sait gérer son stress et qui est réellement sincère. A l’exception du chewing-gum et du téléphone portable qui sonne en entretien, ni une forte odeur de cigarette et ni des mains moites viendront bouleverser le résultat final de votre entrevue. Sachez juste que 93% de l’entretien se joue sur la première impression (visuel + ton de la voix), alors mettez toutes les chances de votre côté et co-mmu-ni-quez !

Suivez-nous
RH Advisor
Les candidats ont donné leur avis
4.7 (129 avis)